Cartographie des CFP

Nos Partenaires

Ministère de l’entreprenariat National, de l’Emploi et de la Formation Professionnelle

MENEFP

armoirie copie

9E SESSION ORDINAIRE DU COMITE DE PILOTAGE DE PROCEJ

9E SESSION ORDINAIRE DU COMITE DE PILOTAGE DE PROCEJ

99,04 % de taux d’exécution physique

La cérémonie d’ouverture de la 9e session ordinaire du Comité de Pilotage du Projet de développement des Compétence et Emploi des Jeunes (PROCEJ) a été présidée le jeudi 30 juin 2022, par le Secrétaire Général du MENEFP, M. Drissa GUINDO. C’était dans la Salle de conférence du Département en présence des représentants des Ministères en charge de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, du Développement Rural, de l’Education Nationale, de l’Industrie et du Commerce, des représentants du Conseil National de la jeunesse (CNJ), des organisations consulaires et professionnelles ainsi que l’ensemble des membres du comité de pilotage.

Pour rappel, les travaux du PROCEJ ont effectivement démarré le 1er janvier 2015 pour une durée de 5 ans. Il visait à contribuer à l’atteinte des objectifs du Gouvernement en matière de formation et de promotion d’emploi pour les jeunes maliens.  A cause de la pandémie de la COVID-19, le projet a été prorogé au 31 décembre 2021.

Dans son discours d’ouverture des travaux, le Secrétaire Général, Monsieur Drissa GUINDO, a indiqué qu’à sa date de clôture, le projet a atteint un taux d’exécution physique de 99, 04 % pour un taux d’exécution financière de 98%. Entre autres résultats atteints, on peut citer 46 735 jeunes ont bénéficié des appuis du projet ; 14 établissements d’enseignement technique et de formation professionnelle réhabilité dont 9 privés ; 4 858 entreprises créées ou consolidés par des jeunes non diplômés, soutenues par un programme d’entreprenariat du projet…

En termes de valeurs ajoutées du projet, elles sont de trois ordres, à savoir la création d’emploi, l’amélioration de la formation technique et professionnelle et la production régulière d’informations statistiques sur l’emploi et la formation professionnelle a souligné, Monsieur Drissa GUINDO. Il a ensuite, adressé les sincères félicitations du Ministre de l’Entreprenariat National, de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, Monsieur Bakary DOUMBIA, aux membres du Comité de pilotage, de l’équipe de l’UCP et à l’ensemble des directions nationales,  aux agences d’exécutions et au consortium Canadien CECI – EUMC pour les résultats engrangés. Il a également adressé des remerciements au groupe de la Banque Mondiale, particulièrement sa représentation dans notre pays.

Cependant, la multiplicité des acteurs, l’insuffisance des ressources humaines, les arrêts et suspension du projet, la mobilité des bénéficiaires dans les zones marquées par l’insécurité sont entre autres difficultés qui ont été rencontrées dans la mise en œuvre du projet.

La poursuite de l’appui de la Banque Mondiale au secteur de la formation et à la promotion de l’emploi des jeunes au Mali vu l’ampleur du chômage, la pérennisation de la formation par apprentissage et de la formation décentralisé pour former plus de jeunes et leur offrir ainsi un avenir professionnel, l’augmentation du montant de subvention et son adaptation au niveau du financement des projets présentés par les jeunes, la révision du mécanisme de suivi des jeunes pour améliorer le taux de remboursement des prêts.

Enfin, notons que le PROCEJ est un projet du Ministère de l’Emploi, de la Formation professionnelle, de la Jeunesse et de l’Action citoyenne, actuel MENEFP, financé par la Banque Mondiale. Il visait à améliorer l’éducation et la formation pour soutenir l’employabilité et les possibilités d’emploi pour les jeunes dans le secteur privé. Pour ce faire, le projet s’articulait autour de trois composantes (i) Éducation et formation pour l’employabilité, (ii) Création d’emplois pour les jeunes dans le secteur privé et (iii) Renforcement institutionnel et gestion du projet. Le PROCEJ a couvert le District de Bamako et dix régions à savoir Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou, Mopti, Tombouctou, Gao, Kidal, Ménaka et Taoudéni,

Au regard des résultats énumérés ci-haut, on peut affirmer que le PROCEJ a atteint ses objectifs en termes de facilitation de l’accès des jeunes Maliens de 15 à 35 ans à un emploi (temporaire ou durable) afin de réduire l’extrême pauvreté.

Vivement une seconde phase du PROCEJ pour la création d’opportunité d’emploi pour cette frange importante de la nation, que constituent les jeunes (hommes et femmes).

 

CCOM – MENEFP